IMPLIQUÉS DANS LA DÉFENSE
DES SALARIÉS

Vous rencontrez des difficultés avec votre employeur ? Vous souhaitez négocier votre sortie de l’entreprise ? Contester votre licenciement ? Un avocat en droit du travail vous assiste et vous défend.

Slider

Un soutien précieux pour les salariés

Le cabinet Juridis Lab vous conseille, vous assiste, et vous représente devant le conseil des prud’hommes.

Une consultation préalable est indispensable pour vous renseigner sur toutes les problématiques que vous rencontrez dans le cadre de la relation de travail : salaires impayés, heures supplémentaires, harcèlement moral, accident du travail, maladie professionnelle, prise d’acte, résiliation judiciaire, démission, rupture conventionnelle, licenciement.

Cette consultation vous permettra de savoir s’il est opportun pour vous de négocier avec votre employeur ou de saisir le conseil de prud’hommes. Nous choisissons ensemble la meilleure option puis le cabinet s’occupe du reste.

Nous favorisons dans votre intérêt et avec votre accord préalable, les accords amiables (rupture conventionnelle, transactions etc.).

Au moment de votre embauche

Nous conseillons les cadres supérieurs afin qu’ils puissent négocier les clauses de leur contrat de travail et optimiser leur rémunération.

Lorsque vous êtes en poste

Harcèlement moral, défaut de paiement de primes ou d’heures supplémentaires : nous vous accompagnons dans la recherche de solutions vis-à-vis de votre hiérarchie.

Lors de votre sortie de l'entreprise

En cas de manquement de l’employeur, nous vous aidons à trouver une solution acceptable pour vous. En cas d’échec, nous vous défendons devant le Conseil de prud’hommes.

La procédure prud’homale (hors procédures spécifiques)

Étape 1 : la constitution de votre dossier avec votre avocat

Plus votre dossier sera constitué avec soin et avec le maximum d’éléments, plus vous aurez des chances de succès.

Il sera pris un soin particulier à l’établissement d’attestations par vos collègues (ou anciens collègues), clients ou témoins des faits qui vous sont reprochés et des faits que vous alléguez.

Il convient de faire établir ces attestations le plus rapidement possible et ce pour plusieurs raisons: la mémoire des évènements est plus « fraîche » et pour les personnes étant toujours en poste, l’employeur ne les aura peut-être pas encore dissuadé d’en rédiger.

Le Cabinet vous indiquera en outre lors du premier rendez-vous les demandes que vous pourrez formuler devant le Conseil de Prud’hommes et le montant de ces demandes. Il évaluera également vos chances de succès.

Étape 2 : la saisine du Conseil de Prud'hommes

Le salarié qui souhaite saisir le Conseil de Prud’hommes doit adresser ou déposer une requête (article R 1452-1 du Code du travail, décret du 20 mai 2016).

Cette requête doit contenir un exposé sommaire des motifs de la demande et préciser la nature et le montant des demandes.

A peine de nullité, la requête doit comporter les mentions visées à l’article 58 du Code de Procédure Civile (nom, prénom, profession, domicile, nationalité, idem pour la personne contre laquelle la demande est formée, objet de la demande etc.).

En outre, la requête doit être accompagnée des pièces que le demandeur souhaite invoquer à l’appui de ses prétentions. Un bordereau récapitulatif des pièces doit également être annexé à la requête.

La requête et le bordereau sont établis en autant d’exemplaires qu’il existe de défendeurs en sus de l’exemplaire pour le Conseil de Prud’hommes.

Étape 3 : l'audience de conciliation

Après l’envoi de cette saisine, vous recevrez, ainsi que votre avocat, une convocation à une audience de conciliation qui aura lieu dans la plupart du temps quelques semaines ou quelques mois plus tard devant le Bureau de conciliation et d’orientation.

Cette audience, obligatoire sauf exceptions légales et notamment en cas de redressement ou de liquidation judiciaire de la société employeur, est dans la très grande majorité des cas purement formelle.

En effet, si le but est de tenter de rapprocher les parties dans le cadre d’une issue amiable, il est très rare que cela arrive lors de cette audience, ce qui n’empêche pas les parties de conclure un accord plus tard après négociations entre elles assistées de leur avocat.

Cette audience se déroule à huis clos en présence d’un conseiller salarié et d’un conseiller employeur.

A l’issue de cette audience, et à défaut de conciliation, le Conseil de Prud’hommes fixe un calendrier de procédure avec des dates de communication des éléments (pièces et conclusions, c’est-à-dire argumentaire) pour chaque partie et une date de plaidoiries.

Étape 4 : l'audience de plaidoiries devant le Bureau de jugement

L’audience de plaidoiries a lieu plusieurs mois plus tard dans une salle d’audience publique.

Les avocats de chaque partie plaident chacun leur tour et remettent leur dossier de plaidoiries qui contient notamment les pièces du dossier au Conseil qui informe alors de la date de délibéré, c’est-à-dire de la date à laquelle il rendra sa décision.

Étape 5 : la notification de la décision

Une fois la décision rendue, vous recevrez chez vous en recommandé la décision motivée. A compter de cette notification, chaque partie dispose d’un délai d’un mois pour interjeter appel de la décision par voie d’avocat ou d’un défenseur syndical.

A défaut d’appel, la décision devient définitive. Si le salarié a obtenu gain de cause, alors son ancien employeur devra lui verser les sommes attribuées par le Conseil de Prud’hommes.

Représentants et organisations syndicales

Protégez vos droits : assistance juridique, conseil et négociation, formation, contentieux

Poursuivons la
conversation

Pin It on Pinterest